Atelier de restitution des résultats de l’étude sur le projet STARS-ISABELA

La salle de réunion de l’ONG AMEDD (Association Malienne d’Eveil au Développement Durable) de Koutiala a servi de cadre pour un atelier de restitution des résultats d’une étude menée par Kadiatou Touré, étudiante terminaliste en Master en Agroéconomie de l’IPR/IFRA de Katibougou sur le projet STARS-ISABELA, un projet visant à développer des services d’information foncière et agricole alimentés par imagerie satellitaire à très haute résolution.

L’étudiante Kadiatou Touré présentant les résultats de son étude sur le projet STARS-ISABELA  aux producteurs à Koutiala

Une étudiante terminaliste de Master (Agroéconomie) de l’IPR-IFRA de Katibougou, Kadiatou Touré a mené en début 2018, une étude dans le village de Sougoumba, commune de Koningué, cercle de Koutiala afin d’évaluer l’utilisation des technologies numériques dans l’agriculture et la sécurité alimentaire au Mali. Fruit d’un partenariat entre l’IPR/IFRA de Katibougou et l’Université d’Etat de Michigan, l’étude fait partie des projets financés par le National Science Foundation (NSF) dans le cadre du cycle 6 du partenariat pour un meilleur engagement dans la recherche (Partnership for Enhanced Engagement in Research-PEER de l’USAID).
L’étude vise à comprendre les contextes, les mécanismes et les effets de 3 projets d’utilisation des technologies numériques en cours au Mali. Il s’agit des projets Sènèkela/Sanji, STARS et Sentinel2-Agri. Ces 3 projets ont pour objectif commun le renforcement de la résilience et la capacité des producteurs face aux risques climatiques et non climatiques auxquels font face l’agriculture et la sécurité alimentaire au Mali.
C’est dans ce cadre qu’un atelier a été organisé le 25 avril 2019 à AZALAI HOTEL de Bamako pour la restitution de l’étude sur le projet Sentinel2-Agri. Après cette restitution de Bamako, les responsables du projet PEER ont organisé un 2ème atelier similaire au siège de l’ONG AMEDD de Koutiala pour la restitution cette fois-ci de l’étude sur le projet STARS-ISABELA, un projet visant à développer des services d’information foncière et agricole alimentés par imagerie satellitaire à très haute résolution.
Cette étude menée par Kadiatou Touré dans le cadre de son mémoire de fin de cycle en Master en Agroéconomie de l’IPR/IFRA de Katibougou vise à évaluer les activités du projet STARS-ISABELA qui a utilisé une large gamme de technologies pour stimuler une transformation efficace de l’agriculture à Koutiala et plus précisément à Sougoumba. Cet atelier fut l’occasion pour elle de partager les résultats de son étude avec les paysans de sa zone d’étude qui ont massivement répondu présent à l’atelier. Il s’agit des paysans de Sougoumba et de Koutiala avec à leur tête, le Chef de village, Yacouba Berthé et le Maire de la Commune Rurale de Koningué, Souleymane Berthé, une commune dont relève le village de Sougoumba.
On retient de sa présentation que l’utilisation des techniques de TTM dans l’agriculture peut améliorer la production de statistiques agricoles et la gestion du foncier rural. Surtout que, argumente Kadiatou Touré, les facteurs pouvant favoriser ce résultat sont nombreux. Notamment les perceptions positives des producteurs sur des produits comme les cartes qui peuvent réduire les conflits et optimiser l’utilisation des ressources.
Cependant, poursuit Kadiatou Touré, des facteurs socioéconomiques comme l’analphabétisme, les mauvaises perceptions dues à une mauvaise communication entre les techniciens et les producteurs peuvent être des obstacles à la diffusion de ce paquet technologique.
Au regard des constants faits sur le terrain dans le cadre de son étude, Kadiatou Touré recommande entre autres : la diffusion ce paquet technologique à une échelle plus large, d’adopter un processus inclusif et itératif sur le long terme pour corriger les faiblesses et exploiter les potentialités pour rendre des services utiles aux producteurs. Elle recommande également de mener d’autres études pour cerner ; dit-elle, les contours non abordés dans son étude comme l’aspect de rentabilité financière.
Tel que visé par l’atelier, les participants ont réagi sur les résultats de l’étude et la majorité des paysans ont approuvé sinon félicité le travail de l’étudiante. Les paysans de Sougoumba ont jugé sa restitution très fidèle car reflétant ce qu’ils ont effectivement dit dans le cadre de son étude.
Ils ont profité de l’occasion pour demander aux responsables du projet STARS-ISABELLA à poursuivre leurs activités au regard de son importance pour eux surtout pour la délimitation des champs. Les activités du projet sont arrêtées depuis 2018 pour faute de financements. Ils ont également remercié les responsables du projet PEER, principalement son Coordinateur, Dr Amadou Sidibé, enseignant chercheur à l’IPR/IFRA de Katibougou pour la tenue de cet atelier de restitution. Selon les producteurs de Sougoumba, c’est la première fois qu’ils ont été conviés à la restitution d’une étude les concernant.
« Le plus souvent, ils viennent nous questionner dans le cadre de leurs études sans aucun retour. C’est-à-dire sans suite. C’est pourquoi nous ne cessons jamais de remercier les organisateurs de cet atelier de restitution », a souligné le Chef de village de Sougoumba.

Dr Amadou Sidibé, Coordinateur du projet PEER en pleine explication du but de l’atelier aux producteurs du cercle de Koutiala et autres participants de l’atelier.

Pour sa part, le Coordinateur du projet PEER, Dr Amadou Sidibé, il n’a pas manqué lui aussi de manifester sa pleine joie et satisfaction pour la forte mobilisation surtout des producteurs de Sougoumba qui sont venus approuver le contenu de l’étude de son encadrée Kadiatou Touré. Selon lui, l’un des buts de cet atelier était aussi ça.
« J’avoue que c’est un sentiment de satisfaction qui m’anime à cause de la forte mobilisation des producteurs malgré la cinquantaine de distance qui sépare le village de Sougoumba à Koutiala et malgré le carême. Ils ont été rejoints par les services techniques de l’agriculture et les ONG de Koutiala. Leur participation fut réellement bénéfique. Les discussions ont été franches et très instructives. Parce qu’on a vu que les résultats de l’étudiante ont été confirmés par les producteurs. Ils se sont reconnus dans l’ensemble des résultats de l’étude. Ce qui a d’ailleurs valu leurs félicitions à l’endroit de l’étudiante. La restitution des 3 études financées par le l’USAID à travers le projet PEER nous permettra de tirer quelques leçons sur les problèmes liés à l’utilisation des technologies numériques dans l’agriculture ».

L’atelier a été marqué aussi par des travaux de groupes. Ces travaux de groupes ont abouti à de fortes recommandations des participants. Parmi ces recommandations, nous pouvons citer entre autres : La poursuite des activités du projet STARS-ISABELA, son élargissement à l’ensemble des villages du cercle de Koutiala vu son importance, la forte implication des autorités administratives et coutumières dans la gestion du projet, renforcer la communication et la sensibilisation autour du projet etc…
La dernière étape de cette série d’atelier de cette restitution concernera l’étude sur le projet Sènèkela/Sanji, menée par une autre étudiante terminaliste de l’IPR/IFRA de Katibougou dans le cercle de Banamba.
Modibo Dolo 

previous arrow
next arrow
PlayPause
previous arrownext arrow
Slider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *